Photo : Lawens Josma | Conception : Balistrad

Un théâtre qui dit « NON » à la violence conjugale !

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 4 novembre 2022 à 10 h 08 min

Le théâtre peut être un outil permettant de questionner l’ordre social, il peut être un moyen de libération de préjugés, d’injustices. Staloff Tropfort par la mise en scène de « Sòlda Twal » entend questionner le rôle social attribué aux femmes dans la société et invite à une redéfinition de ces rôles. Il veut montrer aux femmes qu’elles ont le pouvoir de changer toute situation qui ne leur est pas favorable. Staloff Tropfort a répondu à nos questions.

1. Nous avons aujourd’hui une société où les femmes font entendre de plus en plus leur voix, veulent redéfinir leur place dans la société. En ce sens, comment diriez-vous que votre pièce est une contribution à la lutte des femmes ?

Encore aujourd’hui, les femmes vivent avec cette tendance de croire que subir des maltraitances de la part d’un homme est normal. Cela remonte à nos parents qui eux croyaient que si une femme trompe son mari c’est normal que le mari la batte. Le texte invite à une réflexion, il veut montrer aux femmes qu’elles ont le droit de ne pas supporter une situation qui leur est inconfortable. Tout comme Ariette qui s’est sentie inconfortable dans un mariage de cinq ans et a décidé de s’en aller.

2. Qu’avez-vous voulu démontrer en mettant en scène cette pièce ?

Montrer à des femmes et à des jeunes femmes qu’elles ont le pouvoir de changer une telle situation dans leur vie, leur couple et même dans leur famille. Il n’est pas question de se résigner, de tout accepter mais au contraire de changer toutes situations qui ne leur sont pas favorables. Pour moi c’est ça, montrer la force de ce personnage. La force d’Ariette qui s’est dit : j’ai analysé la situation, je l’ai vécue pendant longtemps, elle ne m’est pas favorable. J’ai longtemps vécu pour mon père, mais maintenant je veux tracer mon chemin, je veux vivre ma vie.

Lire aussi :  « Travèse » ou la mise à nu de la vie à travers la mort

3. Parlez-nous de cette idée de mise en scène, ce mariage de musique et théâtre

En fait l’idée de la mise en scène, c’est plutôt un concert et non un spectacle de théâtre. Dans la mise en scène nous sommes dans l’après. En vrai toutes mes mises en scène se déroulent ainsi, je raconte une histoire qui s’est déjà passée. Ariette après avoir vécu cette situation qui lui était inconfortable décide de vivre son rêve d’être chanteuse et pour célébrer ses 10 ans de carrière elle organise un concert où elle raconte son histoire à travers des chansons. Fred, son mari fait partie du spectacle, pas en tant que comédien mais en tant que musicien.

4. Un message à toutes ces femmes qui se voient obliger de supporter une situation qui leur est inconfortable sous prétexte qu’elles sont femmes, petites amies, petites filles…

Nous vivons beaucoup de situation qualifiée de normale mais qui, en réalité, n’ont rien de normale. Ce sont des normes établies par « l’heterodominant » pour asseoir leur domination sur les enfants, les filles, les femmes. Je les invite à se connecter au monde extérieur, se connecter à ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui de manière à entamer ce processus de déconstruction tout comme j’essaie de le faire dans ma vie. Moi j’ai grandi dans un ghetto, j’ai vu comment certains hommes traitent les femmes et comment certaines femmes trouvent cela normal. Il est temps que cette déconstruction se fasse pour que hommes et femmes puissent vivre en harmonie.

À propos Auteur invité

Les auteurs invités sont des contributeurs occasionnels auxquels Balistrad ouvre ses colonnes pour la publication de textes de réflexion sur des sujets divers. Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience ou votre vision, contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur contact@balistrad.com. Nous nous ferons un plaisir de les publier, s'ils sont conformes à la ligne éditoriale et aux standards de qualité de Balistrad.
x

Check Also

Droits humains en Haïti, entre théories et réalités

Construction historique des droits humains Les Droits Humains ...