Accueil / À la une / Coronavirus à nos portes : le carnaval pour l’attendre
© Photo : RFI

Coronavirus à nos portes : le carnaval pour l’attendre

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 23 mars 2020 à 22 h 34 min

Alors que le Coronavirus est une urgence planétaire, il existe un coin de 27,750 km² qui ne fait que prier, car le coronavirus ne peut s’ajouter à nos maux pluriels. Toutefois, les préparatifs sont là. Le coronavirus sera accueilli comme il se doit, dans un climat de fête et de liesse. 

Si la menace de 2020 était cette possible Guerre Mondiale 3.0, on se trompe largement. Le Président américain semble battre en retraite, calmer les choses devant un Sénat qui lui fait grâce. À des kilomètres du Nouveau Monde, une nouvelle menace se fait sentir. Cette attaque est un kidnapping, et sa seule rançon c’est d’être prêt. Plus la peine de se voiler la face, la menace est bien là. C’est le Coronavirus.

Les coronavirus forment une grande famille de virus provoquant des manifestations allant du simple rhume à des maladies plus graves tels que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Une nouvelle souche de coronavirus qui n’a pas encore été identifiée chez l’homme est apparue à Wuhan, il y a quelques semaines.

L’épidémie de maladie à coronavirus a commencé vers le début du mois de décembre 2019 dans la ville de Wuhan en Chine centrale. La maladie a été temporairement nommée NCP (Novel Coronavirus Pneumonia), puis a été appelée COVID-19 (COronaVIrus Disease 2019. La transmission inter-humaine du virus est confirmée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 23 janvier 2020.

Les coronavirus sont zoonotiques, c’est-à-dire qu’ils se transmettent de l’animal à l’homme. Des enquêtes détaillées ont révélé que le SARS-CoV se transmettait de la civette à l’homme et le MERS-CoV du dromadaire à l’homme. Plusieurs coronavirus connus qui n’ont pas encore infecté l’homme circulent chez certains animaux.

Le 13 janvier 2020, le premier cas d’infection est découvert hors de Chine continentale. À la fin du mois de janvier, vingt-cinq pays sont touchés, à chaque fois pour un petit nombre de malades. La réaction internationale s’organise relativement rapidement pour confiner les malades suspectés ou confirmés et empêcher la formation de nouveaux foyers de contagion. Certains pays prennent des mesures de rapatriement de leurs ressortissants présents en Chine bien que l’OMS ne le recommande pas, ce à quoi la République Populaire de Chine réagit en rapatriant ses ressortissants originaires de Wuhan et en laissant entendre qu’ils ne seraient pas correctement pris en charge à l’étranger.

Lire aussi :  Comprendre le phénomène de créolisation : le cas du Créole haïtien

Les signes courants d’infection sont : les symptômes respiratoires, la fièvre, la toux, l’essoufflement et la dyspnée (difficulté à respirer). Dans les cas plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort.

Les recommandations standard pour prévenir la propagation de l’infection comprennent : le lavage régulier des mains, la précaution de se couvrir la bouche et le nez lorsque l’on tousse et éternue, la cuisson complète de la viande et des œufs.
Il faut éviter les contacts étroits avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que la toux et les éternuements.

L’épidémie de coronavirus de 2019-2020 présente quelques points communs avec le film Contagion de Steven Soderbergh, sorti en 2011. Le virus de fiction provient de la mutation d’un virus de chauve-souris dans un marché. Il apparaît dans le film en Chine, mais à Macao et non en Chine continentale.

Alors que le Coronavirus est une urgence planétaire, il existe un coin de 27,750 km2 qui ne fait que prier, car le coronavirus ne peut s’ajouter à nos maux pluriels. Toutefois, les préparatifs sont là. Le coronavirus sera accueilli comme il se doit, dans un climat de fête, de liesse et de manfouben. Allez savoir qui connaît la merengue funeste, de peur de ne pas brûler les victimes du virus le Mercredi des Cendres.

Yvan Jean Verlaine PIERRE

Follow Balistrad on Twitter

À propos Yvan Jean Verlaine PIERRE

Yvan Jean Verlaine Pierre, 27 ans, médecin résident en Service Social. Amant de livres, d'aventures et de musique.
x

Check Also

Coronavirus, virus beaucoup plus mystifié que mortel

Le Coronavirus arrive. Il visitera sans doute Haïti. Ce pays aux habitants rêveurs, croyant être ...