En Haïti, peut-on tout critiquer?
Photo : Episcopal Relief & Development

En Haïti, peut-on tout critiquer?

Temps de lecture : 5 minutes

Mis à jour le 25 août 2021 à 13 h 46 min

« L’équilibre est un effort et un courage de tous les instants. La société qui aura ce courage est la vraie société de l’avenir. » — Albert Camus

Le préambule de la Constitution affirme en son point 4 le pluralisme idéologique. Aujourd’hui, les réseaux et médias sociaux accordent une certaine égalité de parole, ce qui n’est pas mauvais. Cependant, cette égalité conduit à un tohu bohu d’informations. Démêler le vrai du faux devient le véritable défi.

Même si le désir de paraître pousse plus d’un à intervenir sur tout et n’importe quoi, le courage de la nuance, comme l’appelle Albert Camus, manque toujours. Une position qu’on a eue, un clan auquel on appartient, une lutte qu’on supporte, peuvent, d’entrée de jeu ternir une pensée critique. La moindre parole discordante est synonyme de polémique alors qu’avec un peu de recul, il s’agit le plus souvent de parole nuancée.

La nuance discrédite-elle en Haïti?

Si Albert Camus parle du “courage de la nuance”, c’est sûrement parce qu’elle n’est pas toujours évidente. La nuance est le refus de la facilité. Les positions extrêmes sont souvent simplistes et binaires. La nuance est l’appel aux débats. Elle est une pensée critique. Elle ne saurait, en principe, discréditer. Cependant, la nuance demande de la réflexion et du temps, ce que l’instantanéité de l’information ne permet pas. Elle demande surtout de la tolérance consistant à ne pas voir dans un discours différent de la polémique.

Albert Camus définit la polémique comme le mécanisme consistant à considérer l’adversaire en ennemi, à le simplifier par conséquent et à refuser de le voir (Camus, 1948). Face à l’instantanéité de l’information, la polémique est vendeuse; la controverse exigeant un certain argumentaire devient assomante. En Haïti, en politique, depuis un certain temps, avec les Tèt Kale au pouvoir surtout, tout semble binaire. La nuance est perçue comme de la neutralité (partisane ou pro-phtkatiste).

Lire aussi :  Peuple haïtien, le Coronavirus est bien réel

L’opportunité de la nuance

La Chaire Louis Joseph Janvier comme les opposants de Jovenel Moïse, la Fédération des Barreaux d’Haïti étaient tous unanimes que son mandat constitutionnel devait se terminer le 7 février 2021. Certains n’arrivaient pas à comprendre le bien fondé de cette opinion différée. Il est clair que sans un arrêt de la Cour Constitutionnelle, les deux opinions se valent. Cependant, le contexte s’y prêtait-il ? Faut-il taire une nuance pour ne pas imploser les velléités de libérer le pays d’un régime corrompu et incompétent?

En même temps, la nuance n’est-elle pas la capacité de faire la part des choses? Dénoncer un régime corrompu n’implique pas forcément vouloir son renversement en dehors des principes que l’on juge constitutionnels. Aussi, n’est-il pas courageux de nuancer quand le binaire tend à s’installer? Finalement, ne serait-elle la présence d’esprit de se taire dans un contexte donné?

Freda, nominé du Festival de Cannes a eu sa grande première en Haïti le 21 août 2021. Il s’agit d’une fierté pour tous les Haïtiens surtout les difficultés que connaît Haïti. Comment réagirait le public (puisqu’aucune œuvre n’est parfaite) si quelqu’un pointait, dans ce contexte, les imperfections? Le verrait-on comme un aigri ou quelqu’un en quête de lumière cherchant à alimenter une certaine polémique ?

Les deux exemples différents montrent qu’il ne s’agit pas de choix facile même si le second paraît plus évident: la fierté d’abord, la nuance après. Il s’agira toujours de cas par cas. Cependant, la nuance devrait se renfermer dans une circonstance, un contexte et souvent dans un silence ponctuel.

Qui peut critiquer ?

Le 22 avril 2021, le docteur Josué Pierre-Louis intervenait à l’émission Dèyè Kay. Il analysait le projet de constitution édicté par le Comité Consultatif. Ses adjectifs pour décrire la proposition du Comité Consultatif faisaient référence à un travail baclé. Pourtant Me Pierre-Louis a été ministre et haut commis de l’État sous le régime PHTK. Il a été accusé de viol par Danielle Bernadin huit ans de cela.

Lire aussi :  Instabilité sociale récurrente : La Colombie en parallèle avec Haïti

Plus d’un questionne son intervention. Servir le régime Tèt Kale peut être un poids justifié. Les rapports de la CSCCA rapportent que ce régime a dilapidé une bonne partie des fonds Petrocaribe. Être accusé de viol doit être à jamais un poids. Cependant, ces poids doivent-ils empêcher la société de profiter de la justesse de l’analyse d’un expert en droit constitutionnel ? Souvent, pour rabaisser la critique nuancée, on éclabousse le porteur. Il n’y a pas pour mieux le réduire au silence.

Le courage de la nuance ne consiste-elle pour l’interlocuteur de faire la part des choses? La recherche de l’équilibre est le mécanisme par lequel on sort d’une logique d’insultes pour réellement écouter l’autre. C’est le rejet du discours définitif et l’intransigeance des appareils de régulation.

La nuance ou la montée des “abolotcho”?

Appartenir à un groupe empêche-t-il de le critiquer ? Empêche-t-il de voir les avancées de l’adversaire? Il convient de préciser qu’il n’est nullement de nuancer de retourner sa veste à chaque fois. Le mois dernier Lavalas, hier Inite et aujourd’hui PHTK ferait, en premier lieu, croire à un abolocho. L’abolocho serait l’opportuniste cherchant à se renouveler coûte que coûte politiquement.

Le propre du politicien est de se renouveler. Cependant, on s’attend à une certaine élégance et de cohérence. Un ancien membre de Lavalas devenu membre PHTK peut-il porter un parole critique à l’endroit de son ancien parti ? Demain, un membre du PHTK pourra-t-il dénoncer des actes de corromption sans se faire chahuter ?

S’il est que la prescription morale et politique s’obstient assez facilement en Haïti, le porteur de la parole fait sa crédibilité, en tout cas, pour un certain groupe. Il ne faudra, en aucun cas, confondre nuance et opportunisme. Sinon, nous pourrons facilement devenir ce diable que nous avions mis tant d’énergie à combattre.

Partager ↓

À propos Alain Délisca

Je suis Alain Délisca, un Haïtien. Le reste n'est qu'explorations et heurs.
x

Check Also

Peur de mourir en Haïti ?

Le bâtonnier de Port-au-Prince, professeur chevronné dans l’enseignement ...