Crédit photo : Juyo Vany Sainvil

La route et l’inconnue, un dernier spectacle pour terminer l’année 2022

Temps de lecture : 3 minutes

Dernière modification : 4 janvier 2023 à 15 h 37

Comme une dernière poignée de main pour dire au revoir à l’année 2022, Opaque-Voisin Lab a permis aux amants du théâtre de vivre la représentation de la pièce « La route et l’inconnue » de Luis Bernard Henry, ce jeudi 29 décembre, au local de Kit Médiathèque, situé à Turgeau. Le rendez-vous a été tenu devant plus d’une centaine de têtes, où le metteur en scène Kav-Alye Pierre assisté de Gertrude-Hugh Février s’est fait féliciter pour cette proposition artistique. 

Crédit photo : Juyo Vany Sainvil

C’est pour la première fois que cette pièce est jouée pour le grand public. Une équipe technique constituée de Junior Albert Kevengson et Edmond Erthon comme régisseur de son et de lumière ; et les comédiens, Gladimy Antoine et Micaëlle Charles, ont une fois de plus prouvé qu’ils font partie des jeunes talentueux de ce domaine.  Pendant plus d’une quarantaine de minutes, deux séances simultanées, ils ont pu trouver de l’énergie et du charisme pour délivrer un très beau spectacle digne d’appréciation.

Interdite aux moins de 16 ans, cette pièce expose la vie de deux personnes. Une prostituée et un jeune garçon qui, à force de vivre des atrocités de la vie, sont devenus des ombres d’eux-mêmes. Ils essaient à tout prix d’échapper aux multiples rappels incessants des blessures de leurs passés. Ces blessures qui proviennent des atrocités que font subir leurs pères à leurs mères et/ou à eux aussi. Si l’un se réapproprie de sa liberté en se prostituant, l’autre ne fait que partir. Fuir. Suivre les élans de la route sans jamais vouloir se fixer.

Lire aussi :  Haiti Cultural Exchange annonce la 3ème Biennale d'Arts et Culture Haïtienne à New York

Cloîtrés dans une chambre, ils cherchent vainement à embrasser une vie où le passé serait jeté dans l’oubli. Mais comment y parvenir ? Il est des mains qui blessent, qui tuent et d’autres qui cajolent mais en dépit de l’acte ça reste une main. Tout comme l’humain. On ne peut pas faire le procès d’un homme sans n’avoir pas à éteindre une part d’humanité en soi. C’est le prix à payer. Les deux personnages portent ce fardeau de meurtrier tel une tâche indélébile au milieu de leur front. À chaque questions posées, ils se confient à la réalité et avouent l’origine de leurs douleurs et des mauvais souvenirs qu’ils essaient de dissimuler.

A la suite des deux représentations, le public a pu discuter avec le masterant en Philosophie et Transculturalité D’Johensby Siméon et les dramaturges Phanuella Lincifort et Gertrude-Hugh Février autour de thème « théâtre et représentations sociales en Haïti ». Cette discussion leur a permis de jeter un coup d’œil sur la représentation du corps dans le théâtre. Comment est-il perçu ces derniers temps surtout dans le contexte haïtien ? Quel discours font les scientifiques qui s’en préoccupent dans leurs travaux de recherche ? Ces différentes interrogations ont été au cœur d’un vif débat.

D’autres destinations pour La route et l’inconnue ? Le metteur en scène a promis qu’au cours du mois de janvier, la ville des Cayes va avoir sa part du gâteau et a insisté sur la possibilité de faire jouer la pièce à plusieurs reprises.  « On travaille d’arrache-pied au niveau de Opaque-Voisin Lab pour qu’elle soit l’objet d’une tournée », rassure Kav-Alye Pierre.

Lire aussi :  Jean Jean Roosevelt et son “Kole Boyo” continuent leur petit bonhomme de chemin

Quid Opaque-Voisin Lab ? Constitué d’un ensemble de jeunes créateurs notamment de comédiens, dramaturges, performeurs et metteurs en scène, il est un espace de créations artistiques et de laboratoire portant sur le vivre-ensemble, le rapport de voisinage et la résilience comme lieu d’affirmation de soi et de l’autre.

Billy Doré 
dorebilly100@gmail.com

À propos Billy Doré

Je suis Billy Doré. Journaliste. Etudiant mémorand en Sciences Politiques option Relations Internationales et étudiant en Sociologie à l'Université d'État d'Haïti. L'écriture est tout ce qui me reste quand je viens de tout donner. Les miettes servent à embellir les vides.
x

Check Also

Luis Bernard Henry parmi les auteurs du Festival Jamais Lu Caraïbe 

L’écrivain haïtien Luis Bernard Henry continue de faire ...