Accueil / À la une / « Djannie » et « Egzotik », des messages d’Emeline Michel aux femmes

« Djannie » et « Egzotik », des messages d’Emeline Michel aux femmes

Temps de lecture : 1 minute

Mis à jour le 28 mars 2019 à 11 h 20 min

On est en 2019. En plein 21e siècle. Cela n’empêche pour autant que certaines femmes soient encore victimes de violence conjugale et pire encore, ont du mal à en parler, du mal à plier bagage et à passer à autre chose. À travers la chanson « Djannie », Emeline Michel, icone de la musique haïtienne, envoie un message fort et sans équivoque aux femmes : « Ale »

« Pa gad dèyè , pa pran priyè, yon nèg kap frapew, kap blesew, aprè kap pot flè karesew, pa renmenw » La chanteuse n’y va pas par quatre chemins pour montrer aux femmes qu’elles ont tort de rester enchaînées à un homme qui les frappe. Si trop souvent, les victimes ont tendance à se taire et à accepter leur sort, Emmeline Michel leur conseille pour sa part de s’en aller.

« Ale, men se laviw wap sove, konsa lanmou wa trouve », encourage la chanteuse. À travers « Djannie », Emeline retrace le calvaire des femmes battues et maltraitées par leur mari. Le message qu’elle leur envoie est clair : quoique dira ce dernier, rien ne changera vraiment. Il leur faudra partir.

Avec « Egzotik », Emmeline Michel continue de s’adresser aux femmes mais cette fois, envoie également une mise en garde aux hommes. Si elle conseille aux femmes de bien se tenir « Medam, ramase jipon n, proteje repitasyon nou », elle lance également un « pinga » aux messieurs qui croient pouvoir « acheter » les femmes avec de l’argent. Emmeline Michel accompagnée de Riva Précil et Princess EUD leur dit sèchement « fè back ».

Dans notre société où certains sujets sont tabous, Emeline Michel frappe fort en touchant la plaie du doigt. D’abord, elle demande clairement de quitter leurs maris violents. Ensuite, elle fait savoir aux hommes que l’argent ne peut « acheter » une femme. Des textes simples mais clairs qui rappellent aux femmes qu’elles ont de la valeur et lancent aussi un message aux hommes : « Lajan pap achte fanm ki gen nanm ».

À bon entendeur ! Salut !

Vanessa Dalzon

Follow Balistrad on Twitter

À propos Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, Rédactrice en chef à Balistrad, étudiante en Droit à l'Université Quisqueya. Passionnée de lecture, je trouve à travers l'écriture un moyen de partager ce que j'ai lu, vécu, entendu ou compris sur le monde et sur mon entourage.
x

Check Also

« Les femmes ont l’avantage de faire plusieurs choses à la fois », affirme Me Marie Suzy Legros, première Bâtonnière en Haïti

Elle est la première femme à accéder au poste de Bâtonnier en Haïti. D’abord Bâtonnière ...