littérature

Lavi Potoprens - Tyson Duverger

« LAVI PÒTOPRENS » : PREMYE WOMAN TYSON DUVERGER, YON RESI LAVI JÈN YO OU DWE LI

Tyson Duverger soti premye Woman li ki pote tit : Lavi Pòtoprens. Jèn otè ayisyen sila ki ap viv alèkile nan Peyi Brezil retrase, nan yon istwa tou kout, lavi miwo-miba jèn alèkile yo ap konnen depi kèk tan an Ayiti. Nou envite w dekouvri kout plim sa ki ap pran nesans ! Se nan dat 14 novanm 2022 a ...

Lire la suite...
Lettre d'amour

Lettre d’amour à Kervaëdia

Madame, J’épuise mon dernier souffle sous une plaie mortelle, et c’est avec ce souffle que je t’aime. Tes baisers ont repoussé l’élan des spleens et des solitudes. Tes baisers ont entravé la marche du temps. Hier ne s’est pas encore terminé pour nous, il s’est arrêté sur tes lèvres. Je sais ma claire de lune, que l’amour n’est pas sans ...

Lire la suite...
Coup coeur de la rédaction

Ébauches d’un poète, un conte de l’amour

« Ébauches d’un poète » est le fruit du cœur et de l’âme d’un jeune homme amoureux de la vie qui récapitule les faits de son existence par le biais de la poésie. C’est une ébauche, un ensemble d’ébauches. C’est-à-dire un premier tracé, une première couche de peinture sur la toile d’une vie qui déroule. Dans ce recueil, préfacé par ...

Lire la suite...

L’encre indélébile d’un regard : un roman passionnant, génial dont on se souviendra longtemps

L’encre indélébile d’un regard est un roman écrit par Georges Erick Germain, publié cette année chez Les Éditions Baudelaire en France. Né en Haïti, précisément dans le département du Centre à Hinche, l’auteur, homme de grande culture, a fait des études en Diplomatie, en Philosophie et en Sciences Juridiques. Il est aussi formateur en leadership. Il s’est adonné à l’écriture ...

Lire la suite...

Jacob Jean-Jacques, les aventures littéraires d’un écrivain-chercheur

Poète, écrivain-chercheur, enseignant, opérateur culturel très dynamique dans la ville de Petit-Goâve, Jacob Jean-Jacques continue son entreprise littéraire, ce, même en temps de crise. Profitant de la longue période  » pays lock  » où tout ce qui semble être esthétique, beau, est mis en arrière-plan pour faire place à l’urgence de la vie, il a décidé de lancer une série ...

Lire la suite...
Witensky Lauvince, Un ciel sous nos pieds

Witensky Lauvince signe « Un ciel sous nos pieds »

Witensky Lauvince, jeune poète et auteur haïtien, a accordé une entrevue à Balistrad pour la sortie de son second roman « Un ciel sous nos pieds ». Dans la ville de Leôgane, pullulent des champs de cannes à perte de vue mais aussi d’excellents manipulateurs de mots. Parmi eux, on retrouve Witensky Lauvince, plus connu sous le nom de « Le ...

Lire la suite...

Louis-Philippe Dalembert au sommet de la langue française

Ce Mercredi 16 juin, Le Prix de la Langue Française 2019 a été décerné à l’écrivain Louis-Philipe Dalembert. Ce prix, créé en 1986 a recompensé le travail de bon nombre de francophones, et n’avait jusque-là été décerné à aucun écrivain haïtien. Pourtant ce ne sont pas les candidats qui ont manqué. Désormais c’est chose faite cette année avec la nomination ...

Lire la suite...

Compère Général Soleil : Le message communiste ou lumière de la plèbe

Vendredi Jacques fait sa route sur Balistrad. Ce texte expose une présentation et analyse de l’oeuvre capitale de Jacques : Compère Général Soleil. À noter que l’écrivain a aussi fait publier : Les arbres musiciens (1957) ; L’espace d’un cillement (1959) et Romancero aux étoiles (1960). Retour biographique Jacques Stéphen Alexis était quelqu’un de sympa, souriant, intelligent, surtout séduisant pour ...

Lire la suite...

Entre rêves et tromperies

Il fait nuit. Je suis dans ma chambre. Le chien commence déjà à aboyer sur la ville. Un voile d’amertume la couvre jusqu’à la rendre morte. Une envie a déambulé sur mes cheveux, dans mon sang et a annoncé le chant cassé de la douleur. Douleur que j’ai portée sur mon corps avec l’odeur d’une femme au corps d’ange. On ...

Lire la suite...

Ti mizè

Trois roues s’élançaient vaillamment au milieu du marché reliant la route menant à la ville du Cap à celle menant à Madeline, à Milot et au-delà. J’ai dit qu’elles s’élançaient mais au fait, elles pataugeaient plutôt dans une boue dont la couleur était difficilement identifiable tant les mélanges la réalisant étaient disparates. Par contre, les trois roues en question supportaient ...

Lire la suite...