bus

Vie de lutte en Haïti

Ce matin-là, je me rendais à la fac et j’ai dû, comme à mon habitude, jongler un peu et jouer à la “marelle” pour ne pas avoir à piétiner les déchets encombrants les rues. Mon soulier luisant se riait de moi et de ma poche appauvrie de 10 gourdes mais ça, j’y étais habitué comme tout haïtien de ma classe. ...

Lire la suite...