Accueil / Actualités locales / Écriture libre (page 2)

Écriture libre

Valentin, où es-tu?

Je suis là. J’ai toujours été là. Je suis un voyageur des siècles, un habitant de ce monde fou. Samson est mort en mon nom, trop confiant pour avouer sa force à une païenne. Les Grecs m’appellent Eros, les Romains Cupidon. Pour Rodrigue, je viens après l’honneur, comprenant trop tard que je suis le tyran qui n’épargne personne. Je suis ...

Lire la suite...

J’ai bu et porté ta semence 

Toi et moi faisions penser aux ondulations. C’était toi, moi et les vagues. Le sillage de notre amour ne laissait d’ouverture que pour un souffle ; c’était toi, moi et le vent. Aussi, entre nous ne se faufilait que l’extraordinaire ; toi, moi et le coucher de soleil. La nuit, nos corps se cherchaient et s’aimaient en éclair au point ...

Lire la suite...

A l’autre bout [BLOG]

Je n’avais pas la tête à ça. D’ailleurs, je n’avais la tête à rien du tout. Ce que je voulais par-dessus tout était d’oublier mes galères et mon chagrin. Et je ne pouvais pas me noyer dans l’alcool. Alors, il fallait trouver autre chose. Quoi de mieux qu’une soirée de divertissement pour Noël ?  Et ce fut un délice. De ...

Lire la suite...

Aux hommes de ma vie [BLOG]

On a tous, au moins une fois de notre vie entendu ces phrases « les hommes sont tous des chiens, des salauds ou des imbéciles ». En effet, il y a eu des journées où ces phrases semblaient être bien trop faibles pour qualifier un homme à mes yeux, que ce soit pour les pleurs qu’il avait fait couler ou le mal ...

Lire la suite...

Entre souvenirs et manques d’un temps lointain…

Grandir dans les seins de ma mère n’est rien comparé au fait que tes tétons m’ont servi de biberons pendant une bonne partie de ma vie. Produit d’une section césarienne m’a poussé à retourner à la case départ, l’entre-cuisse d’une femme, non pas celui de ma mère mais le tien. Petit, ma daronne a pris soin de moi mais devenu ...

Lire la suite...

Petit à petit

Tu étais celui que jamais je n’allais pouvoir posséder, faute aux règlements établis entre les filles en ce qui concerne leurs ex. Tu étais celui qui me donnait envie de briser toutes ces règles que je trouvais stupides à force que j’apprenais à te connaître. Tu étais le petit ami officiel de ma sœur, connu de tous les membres de ...

Lire la suite...

Pensées d’un insomniaque

Traqué par le son agaçant des insectes, suffoquant de chaleur dans l’obscurité, mon sommeil s’est furtivement envolé. Pianoter des minutes d’affilée sur mon téléphone n’arrive en rien à me distraire des centaines de pensées qui me hantent. Il est 3h et demi du matin. Une fois hors du lit, éveillé comme à midi, je me suis faufilé sur cette petite ...

Lire la suite...

À moi

Je n’ai pas demandé à avoir un père absent ni à être abusée par celui qui aurait dû le remplacer. Celui qui aurait dû m’aimer, m’enseigner comment une femme devrait être traitée. Pourtant , j’en ai payé le prix. Je le paie encore. Il m’a fallu du temps pour accepter que la décision de ma mère de se marier avec ...

Lire la suite...

À trop t’aimer, tu m’as haï

« Mieux vaut souffrir d’avoir aimé que de souffrir de n’avoir jamais aimé ». Je n’ai jamais aimé ce dicton car j’ai souffert de tout cet amour que je t’ai donné. Aussi, je t’ai fait souffrir de t’avoir trop aimée. Paradoxalement, je t’ai tellement aimée qu’à un moment, il a fallu que je te haïsse vu que toi, tu me haïssais déjà. ...

Lire la suite...

L’obscurité en Haïti et ses frayeurs

L’alarme de mon téléphone resonna. Je sursautai étant arraché d’un doux sommeil et jeté dans la gueule de la dure réalité journalière qui m’attendait. Je m’efforcai de ne pas y penser pour ne pas exacerber cette céphalée matinale qui m’assaillait après ce réveil brusque. Je jettai un coup d’œil à l’écran de mon téléphone pour y rechercher l’heure. Mes yeux, ...

Lire la suite...