Blog

Balistrad blog

Blog: Quand je partirai

De nos jours, en Haïti, les plans de vie doivent certainement inclure les plans de décès. On peut être au top de sa forme et partir en une fraction de seconde de sa belle mort ou pas. Rien ne nous appartient ici. Encore moins le temps. N’avons-nous pas tous connu quelqu’un qui nous a dit « à demain » et ...

Lire la suite...

Peur de mourir en Haïti ?

Le bâtonnier de Port-au-Prince, professeur chevronné dans l’enseignement supérieur en Haïti, le docteur Monferrier Dorval est mort. Non! Il a été lâchement assassiné. Avant lui, un jeune médecin et son bébé et beaucoup d’autres furent emportés par les pluies diluviennes causées par la tempête Laura. Depuis, on voit le pire s’approcher : les cris de désespoir des habitants du Bel-Air, ...

Lire la suite...
Me Monferrier Dorval

Resquiescat in Pace Me Monferrier Dorval

Pour un avocat de carrière, devenir bâtonnier de l’ordre auquel on appartient peut être considéré comme le summum de son parcours. Pour tout jeune étudiant en Droit, avoir la chance de rencontrer ou de converser avec un Bâtonnier en exercice équivaut à toucher de près ce dont on rêve à voix basse la nuit. J’ai eu la chance de croiser ...

Lire la suite...

Blog | Les problèmes d’Haïti: une rengaine insupportable

Parler des problèmes d’Haiti devient lassant. C’est un bouillon réchauffé. D’autant plus qu’il n’existe apparemment aucune alternative… Il y a tout juste deux (2) semaines, les USA ont joué une belle comédie, une blague des plus stupides et infantiles mais nécessaire. Le jour de l’anniversaire du 45ème président des États-Unis, ils ont placardé les photos du numéro 44ème partout, comme ...

Lire la suite...

L’indignation ne suffira peut-être pas [BLOG]

Ces dernières semaines, j’ai tellement entendu des “compatriotes” se plaindre du manque d’activisme chez nous. Aucun d’eux ne commencera. Çà c’est sûr, moi non plus d’ailleurs. Pathétique, non? Voilà la triste réalité : personne ne veut commencer. On a peur de mourir. On s’indigne pour soi, en cachette, entre amis, sans que cela devienne une indignation collective. Ceux qui l’ont ...

Lire la suite...

Covid-Organics: de Madagascar à Haïti, politique et science ne font pas bon ménage

Le 19 mai 2020, le président haïtien Jovenel Moïse et son homologue malgache Andry Rajoelina se sont entendus sur l’importation au pays de la tisane embouteillée appelée « Covid-Organics ». À base d’artemisia, ce breuvage se présente comme le fer de lance dans la lutte préventive et même curative contre la Covid-19. Moi, grand buveur de thé de « choublak ...

Lire la suite...

Retour vers la terre

Dans sa dernière adresse à la nation, SEM Jovenel Moïse demandait aux haïtiens sortant de la République dominicaine de se munir de machettes, de haches et autres outils rudimentaires pour dompter la terre. Pourtant, l’histoire d’Orel, un Haïtien d’Haïti revenu à la campagne, n’a rien de reluisant. L’aube se levait, Orel sortit de sa petite maison comme un automate. Son ...

Lire la suite...
Féminisme et ses revers

Le féminisme et ses revers

2:00 AM. L’heure est indigne, comme diraient nos anciens. Pourtant, je n’arrive pas à sombrer dans les bras de Morphée. Poussée par une bouffée d’adrénaline, je fais alors ce que je fais de mieux dans ces moments-là : écrire. Ma muse est présente, et je me sens volubile. Pour paraphraser Milien, “si mwen pa ekri, m a va toufe“. J’écris ...

Lire la suite...

Coronavirus : nous jonglons tous entre stupidité, inconscience, désillusion et ignorance

Depuis que la crise a commencé, on ne cesse d’entendre : « Est-ce vraiment sérieux ? » Pendant ce temps, une épidémie sévère s’est vite transformée en pandémie frappant des milliers de personnes partout dans le monde. Sans surprise, toute sorte de théories conspiratrices se sont établies et fusent de partout sur les réseaux sociaux. Ici en Haïti, les appréhensions ...

Lire la suite...

Femme, n’oublie pas de fermer tes jambes

D’aussi loin que je me rappelle, c’est l’une des injonctions les plus récurrentes que j’ai entendues. Récemment, j’ai assisté au sermon d’une mère à sa fillette, probablement âgée de 5 ans, sermon très approuvé au vu des vigoureux hochements de tête des membres de la communauté féminine présents dans le bus. « Ou pa ti gason ! » lui a-t-elle dit en ...

Lire la suite...