Accueil / À la une / Les boissons énergisantes, véritables risques pour la santé des Haïtiens
© Max PPP

Les boissons énergisantes, véritables risques pour la santé des Haïtiens

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 15 mars 2020 à 10 h 48 min

Les boissons énergisantes sont partout dans le pays. Même s’il n’existe pas de chiffres officiels pour Haïti, les études ont révélé de grands risques pour la santé du fait de la consommation de tels produits. Face à ces risques, les entreprises et l’État détournent le regard laissant la population à son sort.

Nous trouvons les boissons énergisantes souvent dans les rues, les supermarchés et même dans les institutions scolaires. Ces dernières contiennent beaucoup de caféine, de sucre, d’acides aminés (par exemple la taurine), des vitamines et parfois des extraits de plantes comme guarana, ginseng.

 « Boissons énergisantes et activités sportives ne font pas bon ménage » 

 

S’il est vrai qu’elles stimulent à la fois les capacités physiques et mentales mais beaucoup ignorent qu’une seule de ces boissons peut déclencher des changements potentiellement mortels de la tension artérielle et du rythme cardiaque. Elles sont capables de provoquer une pression artérielle élevée, une activité cardiaque électrique anormale, voire l’arrêt cardiaque.

Selon certaines enquêtes, plus de la moitié de la clientèle serait les adolescents et les jeunes adultes. Ils évoquent les raisons telles que : « bat night, bezwen rezistans, bezwen pèfòmans, elatriye ». Certains ont recours à des mélanges à l’alcool, à d’autres stimulants et même aux cubes de cuisine « maggi » dans une perspective physico-stimulante. Ceci augmente le danger pour l’organisme par comparaison à une consommation seule du produit.

Certains cas recensés

En juin 2016 à Nice (France), s’est tenu un congrès cardiostim (congrès international réunissant médecins, cardiologues, électrophysiologistes et ingénieurs échangeant des travaux sur tous les aspects des dysfonctionnements du rythme cardiaque) qui a été l’occasion de réunir quelques victimes de crises de tachycardie.

Deux cent cinquante-sept cas de troubles cardiaques ou neurologiques, suite à la consommation de boissons énergisantes ont été signalés, le plus souvent en association avec de l’alcool ou une pratique sportive. L’un des plus fulminants cas fut celui d’une jeune fille de 16 ans morte subitement juste après s’être arrêtée de danser en discothèque et avoir mixé alcool et boisson énergisante.

En 2011, Anaïs Fournier, une américaine de 14 ans, est décédée d’une arythmie cardiaque 24 heures après avoir consommé de grandes quantités de boisson énergisante.

 « L’abus de boissons sucrées mine la santé… »

 

En 2015, Dustin Hood, âgé de 19 ans, était décédé d’un arrêt cardiaque sur un terrain de basketball après avoir consommé plus de deux litres du produit incriminé. Il s’agissait d’une quantité de caféine équivalente à celle contenue dans 14 canettes de Coca-Cola. D’après la plainte déposée devant la justice américaine, c’est bien un surdosage de caféine qui serait à l’origine de l’arythmie cardiaque qui fut la cause de la mort de Dustin Hood. Après avoir bu sa dernière cannette, le jeune homme s’était écroulé en pleine partie de basketball et avait immédiatement été conduit à l’hôpital où il est mort peu de temps après, dénonce un site américain TMZ.

Boissons énergisantes et boissons énergétiques

Il faudra noter qu’il existe une différence entre boisson énergisante et boisson énergétique. Cette dernière constitue une boisson sportive avec la propriété de remplacer l’eau, les électrolytes (sels minéraux) et l’énergie perdues lors de la pratique sportive. On peut citer comme exemple le Gatorade.

Les boissons énergisantes sont composées de stimulants ayant des effets néfastes sur les systèmes nerveux et cardio-vasculaire. Les boissons énergisantes n’agissent donc pas que sur le cœur et les vaisseaux mais leur consommation continue et excessive aurait selon les études des effets sur le cerveau, les reins et même sur la masse corporelle en favorisant le surpoids voire l’obésité.

Un vendeur de boissons rafraîchissantes livrant quelques bouteilles de boissons aux passagers d’un autobus à Port-au-Prince.

Le cas particulier d’Haïti

L’accès aux informations concernant la situation pour Haïti est difficile mais le risque est réel pour les consommateurs de boissons énergisantes. En outre, le marketing présente ces boissons comme une potion magique. Ceci représente un danger et devrait être une préoccupation pour la santé publique.

Si le manque de chiffres pourrait empêcher les autorités de prendre des décisions comme l’interdiction de la consommation de ces boissons, il serait de bon ton de commencer par sensibiliser la population sur les effets néfastes des boissons énergisantes. L’État pourrait aussi, comme c’est le cas pour la cigarette, contraindre les entreprises productrices à indiquer les retombées néfastes d’une consommation continue ou de mélanges explosifs.

Mardelle Ishida Désir,
Résidente en Service Social (RSS)

Sources :
http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/
https://observatoireprevention.org/les-effets-des-boissons-energisantes/
http://sciencepost.fr/2017/05/dangers-boissons-energisantes/
https://restenvie.com/arret-cardiaque-boissons-energisantes/
Welsh JA, Sharma A et al. Caloric sweetener consumption and dyslipidemia among US adults. JAMA. 2010 Apr 21;303(15):1490-7.
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/boissons-energisantes.html
Follow Balistrad on Twitter

À propos Auteur invité

Les auteurs invités sont des contributeurs occasionnels auxquels Balistrad ouvre ses colonnes pour la publication de textes de réflexion sur des sujets divers. Si vous souhaitez vous aussi partager votre expérience ou votre vision, contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur contact@balistrad.com. Nous nous ferons un plaisir de les publier, s'ils sont conformes à la ligne éditoriale et aux standards de qualité de Balistrad.
x

Check Also

Opinion: La célébration du 350ème de la ville du Cap par les Haïtiens, un énième affront à l’indépendance d’Haïti

1er janvier 1804, Haïti devient indépendant. Paradoxalement, nous fêtons en grande pompe le 350ème d’une ville ...