Accueil / Article / À la une dans Balistrad / L’incrédulité des protestants haïtiens par rapport au Coronavirus
© Photo : Regards Protestants

L’incrédulité des protestants haïtiens par rapport au Coronavirus

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 25 mars 2020 à 17 h 14 min

Malgré les mesures prises par les autorités haïtiennes afin de limiter une éventuelle propagation du Covid-19 (Coronavirus), déjà présent dans le pays, bon nombre de chrétiens protestants refusent de se soumettre à cette décision sur la base de leur foi.

Haïti fait désormais face au coronavirus depuis jeudi. Selon les autorités, jusqu’à date huit cas ont été répertoriés dans le pays. Depuis, des mesures tardives, on le concède, sont prises dans le pays en vue d’éviter la propagation de la maladie. Parmi ces mesures, il est demandé aux responsables des églises de garder les temples fermés. Au grand dam de ceux qui veulent rester en vie encore quelques temps, certains de nos frères et sœurs refusent de se plier à ces interdictions au nom de la foi.

A l’annonce de la nouvelle, certaines des assemblées les plus connues ont fermé leurs portes. C’est le cas pour Calvary Chapel, l’Eglise sur le Rocher de Delmas ou encore l’Eglise de Dieu de Delmas 17 etc. Quelques-unes d’entre elles avaient même publié leurs notes de non-fonctionnement bien avant la déclaration du président. Cependant, d’autres leaders incrédules ou ayant une « trop grande foi » ont décidé d’y aller jusqu’au bout. Les autorités ont dû mamo militari fermer.

Au sein de la communauté protestante, les réactions se divergent. «Ti Jovenel pa ka fèmen legliz Bondye a », « Men leta ap atake pitit Bondye », estime une certaine catégorie peu informée de la maladie et de ses graves conséquences. Pour cette dernière, il s’agit d’un manque d’informations venant autant des autorités religieuses qu’étatiques. N’est-il pas écrit dans la Bible « Mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance » (Osée 4v6) ? Ce groupe est beaucoup moins dangereux que ceux qui, ayant conscience des ravages, continuent de croire que la foi doit les pousser à commettre des actes de négligence.

Lire aussi :  [Bicha ou la blague de trop] Peut-on rire de tout?

« Nou pa gen lafwa », disent certains. « Les chrétiens nient la foi au profit de la science », affirment d’autres. Et au nom de leur grande foi, quelques-uns de ces leaders continuent de laisser les fidèles se rassembler pour les cultes en tout genre. Ainsi, quelques églises, notamment en plaine, ont tenu leurs séances de veille de nuit de prière un jour après l’annonce du président le vendredi 20 mars. Le dimanche 22 mars, des cultes à grande échelle ont également eu lieu. Un pasteur très connu eut à dire à son assemblée qu’ils seront sanctionnés s’ils ont peur du coronavirus « paske yo manke lafwa ».

S’il est vrai qu’il est écrit : « Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi » (Psaumes 91v5-6); il est aussi écrit : « Quand la prudence fait défaut, le peuple tombe. Et le salut est dans le grand nombre des conseillers » (Proverbes 11v14). La Bible elle-même nous recommande d’être prudents. Lorsque le peuple ne l’est pas, il tombe.

Alors, arrêtez de croire, chers frères et sœurs protestants, arrêtons de croire que nous sommes des super-héros. Oui, en nous basant sur la foi, nous pouvons croire que la contagion ne nous frappera pas. Cependant, cela ne doit pas nous empêcher de « veiller » tout en « priant » et aussi de protéger les autres. Rappelons-nous que Jésus lui-même a dit que « Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu ». (Matthieu 4v7). Et que Paul nous a intimé l’ordre de nous «soumettre aux autorités… ». (Romains 13v1). Pour l’heure, l’une des consignes des autorités est de fermer les temples. Il est temps de nous y soumettre afin de nous protéger et de protéger aussi les autres.

Lire aussi :  4 raisons pour lesquelles les communautés noires sont sévèrement frappées par le Covid-19

Vanessa Dalzon

Campagne contre la désinformation | Stop infodémie

À propos Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, Rédactrice en chef à Balistrad, étudiante en Droit à l'Université Quisqueya. Passionnée de lecture, je trouve à travers l'écriture un moyen de partager ce que j'ai lu, vécu, entendu ou compris sur le monde et sur mon entourage.
x

Check Also

Faire face au télétravail en Haïti : des professionnels parlent de leurs difficultés

Télétravail dites-vous ? La réalité haïtienne répond: électricité, internet et, à certains égards, obligations de ...