Accueil / Blog / Femme, n’oublie pas de fermer tes jambes

Femme, n’oublie pas de fermer tes jambes

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 26 février 2020 à 20 h 09 min

D’aussi loin que je me rappelle, c’est l’une des injonctions les plus récurrentes que j’ai entendues. Récemment, j’ai assisté au sermon d’une mère à sa fillette, probablement âgée de 5 ans, sermon très approuvé au vu des vigoureux hochements de tête des membres de la communauté féminine présents dans le bus. « Ou pa ti gason ! » lui a-t-elle dit en accompagnant la parole d’un rapide et énergique revers de main pour la faire asseoir convenablement.

Une femme se doit d’adopter une posture altière, féminine. Ça, on me l’a appris, à la maison mais surtout à l’école. A l’école, j’ai beaucoup appris. Une bonne fille doit être polie – ce qui inclut aussi de se taire même en cas d’abus, politesse oblige – soignée, silencieuse et elle ferme les jambes.

Les petites filles sages, enfants du bon Dieu, gardent les jambes fermées. Elles ne s’assoient pas n’importe comment. Plus tard, lorsque le sang qui s’échappera d’elles régulera les cycles de leurs vies, elles devront faire encore plus attention à garder leurs jambes fermées. C’est qu’une femme respectable, en plus de ne pas s’asseoir n’importe comment, ne donne pas “bord” aux individus de la gente masculine. Ma mère me l’a dit, et sa mère le lui a dit, sa grand-mère l’a dit à sa mère et tout le monde le sait : les hommes sont des prédateurs dont la proie est ce triangle des Bermudes précieusement caché entre ces jambes qu’il faut donc garder fermées et préserver farouchement, tel un sphinx.

En parlant d’hommes, je viens de réaliser que je n’ai jamais entendu dire à un homme de fermer ses jambes. Et pourtant, ça aiderait. Lorsque je prends le tap-tap, il y a toujours cet individu qui se croit sur son sofa et qui toise le chauffeur de la camionnette qui exige que les bancs fassent 7. C’est qu’il lui faut de l’aise ! Garder les jambes fermées empêcherait l’évolution de ses précieuses boules dans les Conditions Normales de Température et de Pression. Elles sont sensibles, en plus, ces boules, symbole de la puissance masculine. Aussi, il ne faudrait absolument pas qu’elles soient soumises à si rude épreuve. Et c’est scientifiquement prouvé que les hanches des hommes sont plus étroites que celles des femmes. Du coup, proportionnellement parlant, un homme a forcément besoin de plus d’espace qu’une femme pour se tenir droit ou tenir tout court.

Lire aussi :  Deux ans déjà pour Success Women Haiti

Et puis, trop de littérature ! Ils ont le droit, et c’est tout. C’est dans l’ordre des choses. Et on ne remet pas cela en question. Malheur à toi, si tu te laisses convaincre et que le sphinx ne protège pas le trésor. Malheur et honte à toi si tes jambes s’ouvrent pour quiconque n’est pas celui qui t’aura, au préalable, passé la bague au doigt, voile, dans ta longue robe blanche, devant Dieu et devant les hommes, ajoutant ainsi une des pièces- maitresses de ce puzzle- moule qu’est l’image de la femme respectable que la société impose.

​Alors chère enfant, tendre et jolie enfant, toi, femme, ferme les jambes et garde-les fermées. Tu feras ainsi la fierté de tes parents et de ton époux, et le monde te respectera car tu auras su préserver ta vertu. Mais si jamais un jour tu décides que tout ceci n’en vaut pas la peine et que tu réalises que ces jambes sont tiennes, déploie- les, et prends ton envol. Sois marginale. Tu verras, cela fait un bien fou de vivre pour soi.

Campagne contre la désinformation | Stop infodémie

À propos Joey Amandine Jean-Louis

Je suis Amandine Jean-Louis, étudiante en sciences juridiques à l’Université Quisqueya ( UniQ). Mes principaux passe-temps sont la lecture et l’écriture. Je voyage à travers les livres. Cependant, j’écris parce que c'est la meilleure façon de m'exprimer: j’arrive à dire tout ce que je tais, que je ne peux pas exterioriser, ce qui me dérange, ce qui me plaît. Écrire est à la fois une façon de partager, de me purger, de laisser éclater mes émotions , de renaître, de me morfondre, de m’indigner.
x

Check Also

Gaëlle Bien-Aimé, entre engagement et passion

Si le parcours de Maguy Florestal, un poto mitan du milieu judiciaire, a déjà été ...