Accueil / Article / À la une dans Balistrad / Fédia Stanislas, nouvelle coqueluche de la littérature haïtienne
Fedia Stanislas
© Photo : Compte Facebook de Fedia Stanislas

Fédia Stanislas, nouvelle coqueluche de la littérature haïtienne

Temps de lecture : 3 minutes

Mis à jour le 3 mars 2020 à 19 h 27 min

Du 2 au 8 mars, Balistrad vous invite à suivre une série de portraits mettant en lumière des femmes d’influence évoluant dans divers domaines. Nous vous invitons cette fois à lier connaissances avec Fédia Stanislas.

En 2019, c’est une femme qui a remporté le prix littéraire Deschamps. Fédia Stanislas, tel est le nom de cette jeune femme qui se forge un nom grâce à une plume. Romancière, poète, Fédia se balade avec sa plume sur divers genres littéraires. Coup d’œil sur cette jeune et polyvalente écrivaine.

Une écrivaine polyvalente

Elle est la plus jeune écrivaine à remporter le prix Deschamps depuis 44 ans grâce à son roman titré  « Konfidans » en 2019.  Fédia Stanislas n’était pas à son coup d’essai pourtant. En 2018, elle avait signé « Un été à Jérémie », un recueil de nouvelles à Livres en Folie.  Elle avait décroché, en 2017, la deuxième place dans un concours de poésie organisé par la Radio Nationale d’Haïti.  En trois années, la jeune écrivaine originaire de la Cité des poètes s’est essayée à trois genres différents, des essais qui se sont tous révélés payants.

L’expérience « Prix Deschamps »

«En écrivant Konfidans, j’avais voulu parlé pour ceux qui ne peuvent pas et qui très souvent meurent à cause de leur silence, ceux qui pleurent sans qu’une caméra ni personne ne les voient… en effet, j’ai fini par leur faire une petite confidence », indique l’écrivaine. Et ces 105 pages du roman écrit en créole ont convaincu un jury composé de Marie Laurence Jocelyn Lassègue, Evelyne Trouillot, Emelie Prophète Milcé entre autres.

Dans « Konfidans », l’auteure met en relief les vicissitudes d’une femme qui s’est livrée contre son gré à la prostitution et l’homosexualité pour nourrir sa progéniture. 《Ce prix reçu à 28 ans est un catalyseur qui me pousse à faire des efforts exceptionnelles, car ma vie ne s’arrête pas à ce prix, Konfidans fait son chemin et je m’engage à rester fidèle à ma plume et à mes lecteurs pour qui j’ai beaucoup d’estime et de respect》, 9-les-grands-principes-decriture témoigne la fille de  la cité des poètes.

Lire aussi :  Kemissa Trecile, l'engagement de sortir des sentiers battus

Au-delà de la plume

Célibataire, chrétienne, avant de devenir écrivaine, Fédia Stanislas a  poursuivi des études en sciences politiques et en journalisme. Elle a travaillé en tant que journaliste au quotidien le National, à la Radio nationale d’Haïti. Et en dehors de sa vie professionnelle, c’est une jeune citoyenne engagée.

« En tant que femme et citoyenne engagée, je me sens concernée  et préoccupée par les proportions que prennent les violences faites aux femmes et aux filles. Je fais partie de cette société, j’ai l’impérieuse obligation de me soulever et briser mon silence. Comme nouvelle coqueluche de la poésie haïtienne, ma plume servira de leitmotiv et de bouclier dans cette bataille qui s’annonce ardue”

Pour elle,  la lutte pour le respect des droits des femmes doit être acharnée et de longue haleine.

Pour Fédia Stanislas, la journée du 8 mars ne doit pas être juste un rendez-vous annuel mais plutôt une journée de réflexion autour de la lutte pour l’émancipation des femmes.

Je constate que cette lutte est souvent banalisée. On donne toutes sortes de mauvaises interprétations pour discriminer certaines démarches. Les avancées sont visibles mais le parcours sera titanesque “

Ils sont nombreux des écrivains et écrivaines qui consacrent leur plume à la lutte pour l’autonomisation de la gente féminine. Les attentes sont nombreuses et la mission est complexe dans une société avec peu d’opportunités pour les femmes. L’écrivaine Fedia Stanislas veut garder haute cette bannière de combat pour s’assurer que nous ayons une société peu machiste non sans équilibre entre les hommes et les femmes.

Banacheca Pierre

Campagne contre la désinformation | Stop infodémie

À propos Banacheca PIERRE

Banacheca Pierre vit en Haïti. Elle maîtrise le Français, le Créole et l'Anglais. Mémorante en Sciences du language à la Faculté Faculté Linguistique Appliquée (FLA/ UEH) elle a aussi etudié le journalisme à l'Institut Francophone de Journalisme (IFJ). Banacheca a eu plusieurs expériences dans différentes institutions comme Ecole Notre Dame du Rosaire et l'Institution Educative Notre Dame en tant qu'enseignante. De 2015 à 2017, elle a occupé le poste coordonatrice générale de " Youth Ambassador Program", un programme de jeunes ambassadeurs financé par l'Ambassade Americaine.
x

Check Also

Au temps de Covid-19, la culture survit grâce aux réseaux sociaux

La pandémie de Coronavirus a mis le monde à genou. Haïti n’est donc pas exempte ...