Accueil / À la une dans Balistrad / Des journalistes Haïtiens ont bénéficié d’une formation offerte par l’Organisation Internationale du travail (OIT)

Des journalistes Haïtiens ont bénéficié d’une formation offerte par l’Organisation Internationale du travail (OIT)

Temps de lecture : 2 minutes

En prélude à la journée mondiale contre le travail des enfants prévu pour le 12 juin prochain, l’organisation internationale du travail (OIT) a offert une formation à neuf journalistes pendant deux jours soit les 14 et 15 mai 2019 en son local à Delmas 33. Ces deux journées de formation visaient à sensibiliser les journalistes sur le travail des enfants qui peut avoir des impacts négatifs dans la vie de ces derniers.

Cette formation rentre dans le cadre des activités de l’OIT dans ses luttes contre le travail domestique des enfants à travers son programme SCREAM. Animée à tour de rôle par Jefferson Belizaire, responsable de communication à l ’OIT et par Eunice Seignon, responsable de programme, cette formation se divisait en plusieurs modules : information de base, recherche et information, Media : Presse, télévision, radio, entretiens et enquêtes, reportage.

Réduire le nombre des enfants qui travaillent à travers le monde soit 218.000.000 selon un rapport de l’OIT, tel est l’objectif de cette formation. Ainsi, les journalistes auront pour tâche de sensibiliser les gens sur les dangers que représente le travail des enfants qui peut prendre plusieurs formes. Selon la convention No 182 de l’OIT de 1999, il existe quatre catégories des pires formes de travail des enfants : les travaux analogues à l’esclavage (vente et traite des enfants, servitude pour dette, travail forcé), l’exploitation sexuelle des mineurs, la production et le trafic de drogue, les travaux pouvant nuire à la santé ou à la moralité de l’enfant.

Ainsi en Haïti, il y a près de 400.000 enfants qui pratiquent des travaux domestiques et parmi eux, 207.000 sont dans des situations de travail non acceptables. Étant partie à plusieurs conventions et traités relatifs à la protection des enfants notamment la convention No 138 de l’OIT, la convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, la convention sur les Droits de l’Enfant, Haïti se doit de les respecter et de les appliquer afin de réduire ce taux considérable d’enfants qui reçoivent les mauvais traitements précités.

Lire aussi :  Billy Doré dit The Kid : un mariage de poésie et de journalisme

Ainsi, les neuf journalistes ayant bénéficié de cette formation sur la méthodologie SCREAM auront la responsabilité de sensibiliser les gens sur ce qu’est véritablement le travail des enfants. Le travail des enfants peut être toutefois une entrave au respect des droits des enfants qui sont : le droit à la vie, le droit à la santé, le droit au loisir et le droit à l’éducation.

Michelle Archille

Campagne contre la désinformation | Stop infodémie

À propos Michelle Archille

Je suis Michelle Archille, je suis née à Port-au-Prince en 1997. Étudiante en Droit et Journaliste de formation, je me sers des mots pour dénoncer les maux du pays.
x

Check Also

Haïti : revendications populaires et religion

Ils sont plusieurs à travers l’histoire, des hommes d’église, des prêtres, des pasteurs à s’être ...